HOME    L'ENTREPRISE    NOS ACTIVITES    NOS CREATIONS EN BOIS    GALERIE    NOS PRODUITS    LIENS

Présentation / historique
Organigramme
Les chiffres
Plan de situation
 
LES CHIFFRES
 
Ecoforêt est responsable de la gestion des forêts bourgeoisiales et privées sises sur les communes de Nendaz, Isérables et Veysonnaz. La surface forestière totale est de 3’030 ha, dont 2’600 ha sont productives

Les surfaces forestières productives se répartissent comme suit entre les trois communes :
 
Sur la commune de Nendaz, les forêts sont propriété de la bourgeoisie, des consortages et des privés.
 

Sur la commune d’Isérables, l’ensemble des forêts sont bourgeoisiales. Seul le 3 % de la surface est privée.

La répartition des surfaces forestières est détaillée dans le tableau ci-dessous.

Surface productive Surface forestière Possibilité Nombre de propriétaires
Commune de Nendaz
Forêts privées 250 250 500 45
Consortages 410 510 410 6
Forêts bourgeoisiales 1453 1579 3900 1
Total Nendaz 2113 2339 4810 52
Commune d'Isérables
Forêts privées 3 3 4 27
Forêts bourgeoisiales 620 915 800 1
Total Isérables 623 918 804 28
Commune de Veysonnaz
Forêts privées 1 1 3 1
Forêts bourgeoisiales 10 30 27 1
Total Veysonnaz 11 31 30 2
Total Triage 2747 3288 5644 82

Les forêts sont gérées d’après les principes du développement durable. Le capital forêt n’est jamais touché. Seul l’intérêt de capital, c’est-à-dire l’accroissement annuel, est exploité.

Le volume moyen de bois sur pied est de 350 m3/ha.

La capacité de production des forêts varie entre 2,6 m3/ha.an et 5,4 m3/ha.an.
Les zones forestières les plus productives ( > 4 m3/ha.an) se trouvent entre 1'100 m et 1'600 m d’altitude. Elles sont composées surtout de mélèzes et d’épicéas.
Les zones forestières les plus pauvres (< 3 m3/ha.an) se situent sur le coteau proche de la plaine du Rhône et à la limite supérieure de la forêt (aroles).

Pour l’ensemble des forêts, la possibilité est de 5644 m3/an.

Le volume exploité durant les dix dernières années est en moyenne de 2740 m3 par année. Ce volume est inférieur à la possibilité annuelle. Cette moyenne ne comprend cependant pas les 42'000 m3 exploités et les 8'000 m3 laissés sur place après la tempête Viviane en 1990.

L’objectif reste cependant d’assurer la stabilité des peuplements afin de garantir la fonction de protection qui constitue la majorité des forêt des deux communes.